ODG miels d’alsace

C’est avec plaisir que nous vous informons que le nouveau Plan De Contrôle de la démarche de certification du miel d’Alsace (PDC Miel d’Alsace) vient d’être validé par l’INAO, en date du 22 juillet 2016.

Les délais pris pour l’obtention de cette validation auront été long, bien plus long que nous ne l’avions souhaité. Rappelons que la modification du PDC MIEL D’ALSACE est le fruit d’un changement règlementaire qui impose de retirer de notre Cahier des Charges toutes références à la CCP (Certification de Conformité Produit, le cahier des Charges du « Miel Certifié »). Certains d’entre vous ont reçu un courrier de la part de Certipaq, concernant le retrait de l’habilitation CC-9596. Ce courrier est source de confusion : il ne concerne que la CCP et non pas l’IGP Miel d’Alsace.

Malgré une saison 2016 très peu satisfaisante, avec des récoltes faibles en raison d’un climat fortement perturbé, nous vous invitons à participer à l’IGP Miel d’Alsace. Vous trouverez ci-joint les informations nécessaires pour participer à la démarche de certification des miels d’Alsace.

La démarche IGP est ouverte à tous les apiculteurs, quel que soit leur nombre de ruches. Pour être certifié producteur de miel d’Alsace, il faut adhérer à l’ODG miel d’Alsace et satisfaire aux critères du cahier de charges IGP Miels d’Alsace.

La marche à suivre est clairement définie par la fiche 2 modèle 2016 – Organigramme de fonctionnement de l’IGP ainsi que par la fiche 6 – Règlement IGP 2016. Le Cahier des Charges et le Plan de Contrôle de l’IGP décrivent minutieusement le détail des opérations de travail du miel d’Alsace. Enfin nous avons remis à jour toute la démarche de suivi qualité de l’ODG. Ainsi, un nouveau document, la fiche 17 – Diagramme de production IGP MIEL ALSACE a été créé pour remplir le vide laissé par le retrait des valeurs-cibles indiquées par la CCP. Ce document vient préciser les conditions à respecter en miellerie (humidité et température, matériel, etc. Sa présence est obligatoire dans les mielleries habilitées pour la production de Miel d’Alsace IGP.

Les nouveautés de la démarche IGP Miel d’Alsace en 2016

  • Sont considérés « petits producteurs » les apiculteurs de moins de 50 ruches, dans la limite d’une production de miel de moins de 2 tonnes (miel IGP et hors-IGP confondus). A partir de 50 ruches (ou de 2T de miel produites par an), vous entrez dans la catégorie « gros producteur ». Auparavant, la démarche distinguait les « plus de 100 ruches » des « moins de 100 ruches ».
  • L’ensemble des analyses seront réalisées par un seul et même laboratoire. Cela concerne les analyses physico-chimiques, polliniques et les analyses sensorielles (auparavant réalisées par le  Concours des Miels). Le laboratoire choisit (CETAM) étant également un spécialiste reconnu au niveau des analyses sensorielles des miels (il réalise celles du concours général agricole de paris depuis plusieurs années).
  • Pour un lot présenté à l’IGP, 3 pots de miel de 250g seront prélevés (contre 5 auparavant). 1 pot sera conservé par l’apiculteur. 2 pots seront envoyés au laboratoire (CETAM) par l’apiculteur lui-même. Cet envoi est réalisé par l’apiculteur, en présence du contrôleur interne. Le feuillet blanc de la fiche 11 accompagne le colis (Cf. la fiche 6  -Règlement de l’IGP Miel d’Alsace).
  • Les analyses polliniques sont étendues à 100% des lots de miel analysés (contre 30% auparavant).
  • Pour les apiculteurs de 50 ruches et plus, tous les lots seront analysés. Pour les apiculteurs de moins de 50 ruches, 1 ou 2 lots seront tirés au sort pour analyse(s) (Cf. la fiche 6 -Règlement de l’IGP Miel d’Alsace).

Coût de la démarche

Pour les apiculteurs de moins de 50 ruches : ceux-ci bénéficient d’une démarche allégée leur permettant d’échapper à une partie des frais (moins d’analyses des miels, des opérations de contrôles faite par des contrôleurs bénévoles, cotisations par les étiquettes, etc.). Voir le graphique ci-dessous qui présente une estimation du coût de la démarche IGP en fonction du tonnage présenté à la certification.

Afin de simplifier les démarches administratives, le contrôleur interne profite de la réalisation du contrôle du producteur de « moins de 50 ruches » pour réceptionner le chèque destiné à l’ODG et correspondant aux frais de la démarche : adhésion à l’IGP (20€), frais d’analyse par lot analysé (36€, au lieu de 54 € le plein tarif pour l’année 2016) et coût des étiquettes IGP commandées (7 cts l’unité, quantité précisée dans la Fiche 11 remplie lors du contrôle). Ce chèque ne sera encaissé qu’à la livraison des étiquettes, après résultats des analyses IGP validant les lots présentés.

Pour les apiculteurs de 50 ruches et plus : Ceux-ci règlent les différentes factures qu’ils reçoivent (laboratoire, CERTIPAQ, ODG). A l’issue de la campagne l’ODG fera l’addition des différents coûts. En fonction du volume d’activité de chaque apiculteur, L’ODG reversera ou facturera ce que de droit, à hauteur de la subvention attribuée par le Conseil Régional (soit, pour l’année 2016, 60% des coûts engendrés).

Apiculteur de moins de 50 ruches (et <2T) Apiculteur de 50 ruches et plus (et/ou >2T)
Adhésion ODG 20,00  € 20,00   €
Contribution IGP 0,07 € par étiquette IGP (de 250g, 500g ou 1Kg) Forfait 70,00   € la tonne  (à payer à l’ODG en fin d’année)
Analyses 36 € par lot analysé (1 ou 2 lots tirés au sort ; à payer par l’apiculteur à l’ODG) 54 € par lot (à payer directement par l’apiculteur au laboratoire)
Contrôles 0 € 230 € pour le 1er prélèvement CERTIPAQ

116  € pour le 2e prélèvement, le cas échéant

(payé à Certipaq)

Rappel :
– La cotisation annuelle doit être réglée même si vous ne présentez pas de miel pour l’année en cours (sinon, cela entraine une radiation de l’ODG, conformément aux statuts).
–  Hors de cette certification, toute mention ou référence (écrite ou imagée) au MIEL D’ALSACE est interdite. La législation impose de préciser le pays d’origine des miels (« France » par exemple), mais la référence à une Indication Géographique Protégée par une IGP est un délit.
–  L’aide du Conseil Régional est en légère baisse pour 2016 (cette aide au démarrage permet de baisser le coût de la démarche) ; L’aide européenne aux analyses de miels va être supprimée à partir de septembre 2016.

Le Président de l’ODG Miel d’Alsace,
Bernard Tonnelier

(Attention, Alexis est  en congés du 1 au 14 août, merci de contacter la secrétaire Michèle GERST – 03 88 19 55 92  – m.gerst@alsace.chambagri.fr)

  • Responsable des contrôles internes : M Huck Charles – 06.42.46.66.52 – 03.88.38.49.57
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.